• Un grand nombre de mes pièces n'ont pas été primées lors de concours de composition. Est-il bon de les celer et de continuer à composer des pièces de même style qui ne me satisferont pas ? Ou serait-il mieux de reprendre et de peaufiner les pièces déjà écrites ?

    Les pièces non primées sont des atouts

    Réécrire objectivement après coup une pièce que j'ai conçue de mon mieux doit m'apporter davantage que composer une nouvelle pièce. Construire son propre style musical, ce n'est pas adopter différents langages, mais se recentrer sur ce qu'on veut vraiment afin de mettre de nombreuses fois en pratique les mêmes principes. C'est le choix unique que peut faire un compositeur qui dépasse le milieu de sa vie. Liszt lui-même, a revu les études faciles semblables à celles de Czerny qu'il avait composées dans son enfance, pour aboutir aux « Études d'exécution transcendante. » À propos, combien de temps me reste-t-il ?

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Le mois dernier, j'ai écrit trente pièces pour piano, ou plutôt des fragments pour piano pour les très jeunes enfants, à la demande de la « Shimamura Music sarl. » où je travaille. Depuis des mélodies sans accompagnement jusqu'aux pièces à quatre mains, qui incluent trois arrangements, il a fallu dix jours au total. J'ai composé une douzaine de ces pièces sur les seules notes do, ré, mi, fa et sol…. Serais-je un compositeur atteint d'un « Lolita Complex » ? En fait, composer seulement avec des notes simples, cela me met à nu, j'ai donc eu un peu peur. Mais, cette contrainte-même a réveillé mon inspiration, et finalement je me suis laissé prendre au jeu avec parfois une réelle émotion.

    Trente pièces pour piano pour jeunes enfants

    Chacune de ces pièces pour piano a reçu une vie qui lui est propre, comme un fœtus. Elles vont être publiées à l'usage exclusif d'un seul pays. Je souhaite que ces pièces leur procurent l'expérience de la palpitation, de la surprise, de la découverte et du défi !
    (Photo : au restaurant de plat thaïlandais « Elephant Kitchen »)

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Auparavant, je mettais le plus grand soin à composer le début d'une œuvre, mais après en avoir réglé tous les problèmes, je pouvais composer la suite de plus en plus facilement, et l'œuvre était déjà terminée dans ma tête pendant que j'en composais la seconde moitié. Ça marche bien dans le cas d'une sonate ou d'une ronde, mais en dehors de ces formes, cette façon de composer donne souvent un caractère préfabriqué ou une âpreté à la seconde moitié.
    Alors maintenant, je réfléchis davantage sur la seconde moitié. Vraiment, la première moitié qui est une exposition pleine d'attrait, la seconde moitié qui est un développement dramatique plein d'esprit mais construit de même matière que la première moitié... c'est la formule de la musique classique. A mon avis, la musique doit être comme cela, même de nos jours.

    Réfléchir sur la seconde moitié plus que sur la première

    L'autre jour, j'ai achevé la révision de deux œuvres, « Brown Brownian Motion » et « Breeze in A » pour flûte basse, vibraphone et trio à cordes. Tout ce qui a été retravaillé se trouve, principalement, dans la seconde moitié. Par ailleurs, en ce qui concerne « Brown Brownian Motion », j'ai modifié les points que j'avais appris de l'agogique de la première exécution.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Sonate en un seul mouvement, composée pour le diplôme de fin d'études de l'Université de Shizuoka. L'idée était de composer une pièce utilisant un langage musical de style classique pour éviter sentimentalité et hermétisme. D'un point de vue professionnel, cette composition est du niveau d'un lycéen.

    Sonate pour piano en si bémol majeur (1983)

    Mes parents sont venus au concert de remise des diplômes (photo). Au début, mon père n'approuvait pas mon intention de me présenter à l'examen d'entrée à l'Université des arts de Tokyo après la fin d'études à l'Université de Shizuoka, mais après avoir écouté cette interprétation de ma pièce, il a changé d'avis. Cet enregistrement est celui de l'interprétation que j'ai faite à l'époque à l'Université de Shizuoka.

    le fichier audioJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Entre 1982 et 1986, au cours des cinq ans depuis ma quatrième année à l'Université Shizuoka jusqu'à la fin de l'École supérieure de l'Université des arts de Tokyo, j'ai produit ces morceaux pour me changer les idées. Il s'agit d'échantillons simples de musique séquentielle que j'ai simultanément enregistrés à partir des sons de plusieurs instruments. Mon but était davantage d'exploiter les caractéristiques du son du synthétiseur que de composer un morceau construit.

    « Sources de l'avant-garde » (1982-1986)

    D'abord, j'ai créé le rythme de plusieurs d'entre eux avec une boîte à rythmes. Ensuite, j'ai imaginé la musique en écoutant le rythme. Maintenant, en les convertissant en format MP3, j'ai reconstitué les 25 fichiers audio incluant les inédits en tant que les sept sortes de mélange.

    le fichier audioJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique