•                                                                                                                          Daffodil
                                                                                                 Yours the grace that lights my temple’s light,
                                                                                                 and yours the consecrated fire grown,
                                                                                                 as patiently, at first, beneath the latticed ice,
                                                                                                 emerges earth’s first measure of its own.
                                                                                                 Here the green wrought bough’s reflected will,
                                                                                                 its understanding and its being unknown,
                                                                                                 holds that without which nothing can be stilled
                                                                                                 before love which is but God’s to know.
                                                                                                 But stays the course she does of winter come,
                                                                                                 and contemplates in dark the body tended;
                                                                                                 and having contemplated thus as one,
                                                                                                 the petalled sun on yellow face illumined,
                                                                                                 does she burst, at last, upon th’ eternal rush
                                                                                                 of all things risen and good in us.
                                                                                                                                                       —Darcy Blahut

    Le poème « Daffodil » et son enregistrement public

                                                                                                                             Une jonquille
                                                                                                La grâce est la tienne qu’allume le feu de mon temple,
                                                                                                et le tien le feu consacré devenu grand,
                                                                                                car patiemment, au début, sous la glace treillissée,
                                                                                                apparait sa première mesure de la terre.
                                                                                                Ici de la branche verdoyante reflétait l'esprit,
                                                                                                sa sagesse et son être insoupçonnés,
                                                                                                se tient cela sans lequel rien ne peut se calmer
                                                                                                devant l'amour qu’est le secret de Dieu seul.
                                                                                                Mais elle garde le cap sur l’hiver arrivé,
                                                                                                et envisage aux ombres le corps soigné;
                                                                                                et ayant tout envisager comme un,
                                                                                                un soleil de pétales illuminant une mine jaune,
                                                                                                elle éclate, finalemant, dans l’élan eternel
                                                                                                de toutes choses relancées et bonnes en nous.
                                                                                                       (traduit par Laurentie Gobeil / édité par Michael Bowden)

    Résumé : La jonquille (daffodil), fleur sacrée et patiente. Ses pétales jaunes éclatent comme le soleil.

    ♫ l'enregistrement public de l'« interprétation du compositeur »

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Comme l'épidémie du nouveau coronavirus continue, je mène, depuis le mois dernier, une vie très introvertie sans déplacement en train ni rendez-vous. C'est une catastrophe comparable aux guerres mondiales, un changement majeur de valeurs et la survie avec la maîtrise de soi et la technologie médicale.
    ... Au-delà des idéologies, le monde semble s'unir dans la prévention de l'infection et, de fait, dans la réduction des émissions de CO2.

    Confinement et composition

    À l'occasion du confinement, j'ai fait l'entretien de ma maison, de mon corps et de ma composition. J'ai planté quelques fleurs de printemps dans mon parterre, le dessus des tatamis a été retourné, et j'ai changé le papier des fusuma, qui sont les cloisons des pièces japonaises traditionnelles, j'ai changé aussi les rideaux, la porte de la salle de bains, etc. Et puis je me suis fait désinfecter l'estomac.

    Confinement et composition

    Quant à la composition, en ré-écoutant l'enregistrement de mon morceau « Hataori, pour orchestre à cordes » joué en Ukraine, j'ai décelé quelques défauts. J'ai donc édité l'enregistrement et révisé la partition. En même temps, je suis en train de combiner le morceau pour toy-piano « Who Rings » avec un autre morceau pour cordes, « Ave », pour créer un concerto céleste pour célesta.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • « Superstring Theory, pour deux pianos » est maintenant disponible sous forme électronique (avec le fichier audio de l'enregistrement public).

    « Superstring Theory, pour deux pianos » (livre électronique)

    Deux motifs contrastés évoluent jusqu'au point culminant, en s'accordant, en s'opposant, en se fondant, et en développant leurs énergies et leurs tensions.
    La théorie des supercordes est une tentative pour expliquer l'existence de toutes les particules et forces fondamentales de la nature, en les modélisant comme les vibrations de minuscules cordes supersymétriques (Wikipédia).
    Ce morceau « Superstring Theory » pour deux pianos, qui a été créé lors du concert du 46e Pan Music Festival de 2018 à Séoul par des pianistes coréens, a été interprété pour la première fois au Japon lors du concert du 40e festival de musique d'Edogawa.
    (Œuvre dédiée à Shin Sato, mon professeur)

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Les deux violons ressemblent à des feuilles jumelles de part et d'autre du violoncelle.
    Avec le violoncelle, qui est l'axe principal, la ligne pousse comme une nervure, c'est la musique elle-même, également symétrique.
    ... Tel est le trio à cordes que je composais depuis l'automne dernier et que j'ai terminé l'autre jour.

    J'ai terminé un morceau pour trio à cordes (2vn. et vc.)

    J'ai joué du violon et du violoncelle moi-même pour vérifier chaque partie.
    Finalement, en écoutant le fichier audio avec objectivité, comme s'il s'agissait d'une répétition, j'ai fait, chaque fois, beaucoup de petites modifications.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Le 21 février, je suis allé à Torita di Siena (Italie) pour chanter le chant en anglais « Daffodil (Jonquille) » au concert « Musica Prospettiva 2019-20 » en tant qu'« interprétation du compositeur ». J'ai pris un tram de l'aéroport de Florence au centre ville. Mais j'ai oublié de composter mon ticket et j'ai payé une amende de 50 euros. Puis j'ai cherché la gare, qui était un peu éloignée du terminus du tram. Là, le quai de départ du train a été changé mais je suis finalement parti en toute sécurité après toutes ces péripéties. Le directeur, monsieur Norberto, est venu me chercher en voiture à la gare la plus proche de Torrita di Siena.
    J'ai loué une salle dans l'école de musique pour m'exercer au piano et au chant pendant environ trois heures chaque jour entre les répétitions. Le pianiste Diego semblait être tombé amoureux de « Daffodil ». Il est venu répéter avec plaisir, et même de sa propre initiative, en dehors des répétitions programmées. La veille du concert, nous avons dîné chez Norberto, près de l'hôtel (une ferme rénovée). Sa femme, écrivain, a servi des plats faits maison. Etaient également présents : leur fils et deux adorables chats.
    Le soir du concert, la petite salle était bondée d'un public enthousiaste. À la fin de mon chant, et jusqu'à ce que le dernier son du piano ait complètement disparu après le point d'orgue, le silence a quelque peu perduré jusqu'à un tonnerre d'applaudissements et des « Bravo ! » retentissant. Après, à la fête, j'ai donné à Norberto mon impression à propos de son morceau, parfois en italien.

    J'ai participé au concert « Musica Prospettiva 2019-20 » en Italie
    ▲Pour les photos, cliquez ici

    Le lendemain, j'ai fait du tourisme à Florence, principalement au Musée du Palais Vecchio. J'ai été submergé par un pouvoir financier astronomique. En comparaison, Lviv, que j'avais visité il y a un peu plus d'un an, était comme enfantin. Quand je suis sorti du musée, au coin d'une allée, j'ai croisé une jeune femme noire qui ressemblait à Naomi Campbell, elle a cligné des yeux d'un air mélancolique. Ensuite, des cloches ont résonné. Un odeur de crottin émanait parfois des pavés. J'ai marché 6 kilomètres jusqu'à l'aéroport.
    En fait, à ce concours, j'avais soumis aussi un autre chant, « Villanelle » pour « DUOroboros », une musicienne au violoncelle et chant et un vibraphoniste, qui n'a pas été sélectionné, mais quand j'en ai parlé avec les DUOroboros au déjeuner, ils m'ont dit qu'ils vont interpréter « Villanelle » bientôt !

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires