•                                                                                                                          Daffodil
                                                                                                 Yours the grace that lights my temple’s light,
                                                                                                 and yours the consecrated fire grown,
                                                                                                 as patiently, at first, beneath the latticed ice,
                                                                                                 emerges earth’s first measure of its own.
                                                                                                 Here the green wrought bough’s reflected will,
                                                                                                 its understanding and its being unknown,
                                                                                                 holds that without which nothing can be stilled
                                                                                                 before love which is but God’s to know.
                                                                                                 But stays the course she does of winter come,
                                                                                                 and contemplates in dark the body tended;
                                                                                                 and having contemplated thus as one,
                                                                                                 the petalled sun on yellow face illumined,
                                                                                                 does she burst, at last, upon th’ eternal rush
                                                                                                 of all things risen and good in us.
                                                                                                                                                       —Darcy Blahut

    Le poème « Daffodil » et son enregistrement public

                                                                                                                             Une jonquille
                                                                                                La grâce est la tienne qu’allume le feu de mon temple,
                                                                                                et le tien le feu consacré devenu grand,
                                                                                                car patiemment, au début, sous la glace treillissée,
                                                                                                apparait sa première mesure de la terre.
                                                                                                Ici de la branche verdoyante reflétait l'esprit,
                                                                                                sa sagesse et son être insoupçonnés,
                                                                                                se tient cela sans lequel rien ne peut se calmer
                                                                                                devant l'amour qu’est le secret de Dieu seul.
                                                                                                Mais elle garde le cap sur l’hiver arrivé,
                                                                                                et envisage aux ombres le corps soigné;
                                                                                                et ayant tout envisager comme un,
                                                                                                un soleil de pétales illuminant une mine jaune,
                                                                                                elle éclate, finalemant, dans l’élan eternel
                                                                                                de toutes choses relancées et bonnes en nous.
                                                                                                       (traduit par Laurentie Gobeil / édité par Michael Bowden)

    Résumé : La jonquille (daffodil), fleur sacrée et patiente. Ses pétales jaunes éclatent comme le soleil.

    ♫ l'enregistrement public de l'« interprétation du compositeur »

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • [Résumé] (Texte original en japonais : Tsuyoshi Futakuchi)
    Première Scène : Ambition d'un homme venu dans la grande ville – Rendez-vous amoureux imaginaire – Succès du démarchage à domicile
    Deuxième Scène : Son désir de réussir – Dans une boîte de nuit à la mode
    Troisième Scène : Il s'inquiète d'être très occupé. – Il réprimande son subalterne. – Un appel de son ancienne amie dans sa ville natale – Après lui avoir parlé, il rompt avec le passé.
    Quatrième Scène : Rêve nostalgique – Fatigue – Échec – Disparition de son subalterne
    Cinquième Scène : En appelant son ancienne amie au téléphone, il apprend que sa ville natale se développe, et qu'elle va se marier avec un autre homme. – Conflit (pantomime) – Un appel de son subalterne qui a survécu

    Opéra « Histoire d'un représentant de commerce » (1992)

    Cet opéra a été créé le mercredi 29 avril 1992 à la salle de « Kunteki-Jinja », préfecture de Kochi, joué par Kazutaka Shibamura, baryton, Yuri Sunai, piano et Satoru Ikeda, synthétiseur.
    [durée totale : environ 40 minutes]

    le fichier audio d'un extraitJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • En 1989, une de mes collègues, professeure de chant, m'a fait deux demandes pour le concert de ses élèves au Salon. L'une était de composer un nouveau chant d'après le poème « Kaya no Kiyama : Bois de torreya nucifera » de Hakushū Kitahara, poème très renommé pour le chant composé par Kōsaku Yamada. L'autre était d'improviser un arrangement de style contemporain de « Air sur la corde de sol » de Bach.

    « Métamorphose de "Air sur la corde de sol" de Bach » « Bois de torreya nucifera » (1989)

    J'ai joué les deux interprétations au piano en tant qu'invité. Mais après l'improvisation de « Air sur la corde de sol » que j'ai jouée sur la base d'une feuille de mémo, je l'ai recomposé et je l'ai créé avec « Kaya no Kiyama » au concert « l'Air : le Salon de musique » donné par les étudiants de Hiroshi Otsuki, professeur à l'Université de Shizuoka. Après cela, la composition « Métamorphose de 'Air sur la corde de sol' de Bach » a été créée par Miwa Naïto Isao à Tokyo.

    ♫ le fichier audio de « Kaya no Kiyama » « Métamorphose de "Air sur la corde de sol" de Bach »J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Le texte de cette pièce est issu du poème « The Salutation » de Thomas Traherne (1637 ou 1639-1674) un poète anglais et ecclésiastique. La harpe, le tuba et l'accordéon sont les symboles du ciel, de la terre et de l'homme. Le chœur se divise en douze voix au maximum.

    « La Salutation » pour chœur de chambre, accordéon, tuba et harpe (2003)

    « LA SALUTATION »

    Ces membres ténus,
    Ces yeux, ces mains qu'ici je trouve,
    Ce coeur palpitant, principe de ma vie,
    Où étiez-vous ? Derrière
    Quel rideau fûtes-vous cachés de moi si longtemps ?
    Où était, dans quel abîme, ma langue nouvellement formée ?

    Moi, dans le silence,
    Pendant tant de milliers et de milliers d'années
    Qui gisais dans un chaos sous la poussière,
    Comment pouvais-je percevoir
    Sourires, larmes, lèvres, mains, yeux, oreilles ?
    Bénis soyez-vous, trésors que maintenant je reçois.

    Moi qui durant si longtemps
    Étais néant depuis l'éternité,
    Pensais bien peu que je célébrerais ou verrais
    De telles joies qu'oreille ou langue,
    Entendrais de tels sons, toucherais de telle mains, de tels pieds,
    Rencontrerais de tels yeux, de tels objets sur cette terre.

    (la seconde moitié: désolé, la traduction française n'existe pas, donc voyez l'original en anglais pour la suite...)

    le fichier audio joué par ordinateurJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • [Résumé]
    Acte I:
    Dans une forêt, les animaux s'amusent autour de l'esprit d'un grand Ginkgo. La cloche d'un temple sonne et beaucoup de noix tombent du Ginkgo. Un garçon, Yokichi, est à la recherche d'un serpent d'or qui habite dans l'étang, mais il se fait arrêter par un seigneur féodal et ses vassaux. Yokichi s'échappe, trouve le serpent, puis le tue pour son sang. Cela assèche l'étang, et provoque une tempête sur la forêt.
    Acte II:
    Dans la forêt asséchée, les animaux cherchent de l'eau pour survivre. Yokichi regrette son geste, jure de s'allier aux animaux et tous gambadent de joie. Au même moment, les vassaux du seigneur féodal tirent plusieurs balles et la forêt s'embrase. Le feu est éteint. Les étoiles scintillent dans le ciel. À l'aube, Yokichi et les animaux prient l'esprit de l'arbre Ginkgo pour ranimer la forêt.
    [Texte original en japonais: Hiromitsu Tsuchiya]

    « L'Eau de Belle Forêt » Opérette (1996)

    Cette opérette, commandée par la ville de Nagaïzumi, préfecture de Shizuoka, a été créée le dimanche 15 décembre 1996 à l'ouverture de la salle civique et culturelle de Nagaïzumi « verte forêt », jouée par Le Chœur des Enfants de Nagaïzumi (chef de chœur: Mitsuyo Shinoda) et l'orchestre de chambre ( 1 flûte, 1 clarinette, 4 cors, 3 trompettes, 1 violon / 1 piano par Hajimé Ozawa), dirigé par Satoru Ikeda.
    [durée totale: environ 60 minutes]

    le fichier audio d'un extrait d'une répétitionJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique