• Réfléchir sur la seconde moitié plus que sur la première

    Auparavant, je mettais le plus grand soin à composer le début d'une œuvre, mais après en avoir réglé tous les problèmes, je pouvais composer la suite de plus en plus facilement, et l'œuvre était déjà terminée dans ma tête pendant que j'en composais la seconde moitié. Ça marche bien dans le cas d'une sonate ou d'une ronde, mais en dehors de ces formes, cette façon de composer donne souvent un caractère préfabriqué ou une âpreté à la seconde moitié.
    Alors maintenant, je réfléchis davantage sur la seconde moitié. Vraiment, la première moitié qui est une exposition pleine d'attrait, la seconde moitié qui est un développement dramatique plein d'esprit mais construit de même matière que la première moitié... c'est la formule de la musique classique. A mon avis, la musique doit être comme cela, même de nos jours.

    Réfléchir sur la seconde moitié plus que sur la première

    L'autre jour, j'ai achevé la révision de deux œuvres, « Brown Brownian Motion » et « Breeze in A » pour flûte basse, vibraphone et trio à cordes. Tout ce qui a été retravaillé se trouve, principalement, dans la seconde moitié. Par ailleurs, en ce qui concerne « Brown Brownian Motion », j'ai modifié les points que j'avais appris de l'agogique de la première exécution.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    « Nouvelle œuvre pour flûte basse, vibraphone et trio à cordesFinal de la Sonate pour piano nº 29 « Hammerklavier » de Beethoven »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :