• On ne peut jamais jouer merveilleusement un état d'esprit sympathique

    L'expression innocente, le son pur : ce sont les mérites naturels et spontanés des enfants et des jeunes. Au contraire, il existe aussi une limite pour les enfants, disons que l'on se tend au forte ou on joue un peu avec la maladresse d'une expression délicate. Mais la limite peut être le témoignage de leur innocence, et c'est bien cela le charme du jeu.
    (Extrait de ma critique du concert final du « 11e concours de piano de Shimamura » en 1997)
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    Toute musique a nécessairement un moment le plus important. Il faut le saisir et ne jamais le perdre. C'est un comble de la jubilation, ou un cri de désespoir, ou encore des notes innombrables parsemées... qui exigent une immense énergie. Personne ne peut jamais le jouer merveilleusement avec seulement de la sympathie.
    (Extrait de ma critique du concert final du « 12e concours de piano de Shimamura » en 1998)
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    On ne peut jamais jouer merveilleusement un état d'esprit sympathique

    Entre les enfants et les étudiants, la méthode pour s'absorber dans le jeu n'est pas la même. Plus on grandit, plus on exige une haute technique pour s'absorber. Cela va sans dire la technique du doigté, mais aussi la puissance psychologique qui contrôle le cœur excité et la volonté d'exprimer est plus importante. Ceux qui les permettent sont l'oreille fine et l'analyse calme.
    (Extrait de ma critique du concert final du « 13e concours de piano de Shimamura » en 1999)
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    « « La Campanella » de LisztUn poème français pour flûte basse »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :