• Le synthétiseur était mon amour même

    Le temps passe vite ! Il y a 30 ans j'ai étudié le français pour la première fois à l'Université de Shizuoka comme seconde langue étrangère. Mais en ce temps-là j'avais trop de choses à faire pour étudier mes leçons. Par exemple les activités du conseil des étudiants, la chorale, la gymnastique…. Et je n'ai pas mis longtemps à comprendre que c'était la composition et l'harmonie que je voulais étudier. Naturellement mon examen de français fut un échec. Il m'a fallu repasser l'examen l'année suivante.
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    Je n'avais pas l'intention de devenir compositeur quand j'étais enfant. À l'Université de Shizuoka j'étais débutant non seulement pour le français mais aussi pour l'étude de l'harmonie. La première année, j'ai étudié l'harmonie seulement pour obtenir de bons résultats mais j'étais déçu par l'enseignement. Après, j'ai découvert que c'étaient les matières comme la composition et l'harmonie que je souhaitais étudier. Je l'ai compris en deuxième année. J'ai alors commencé à étudier de façon intensive l'harmonie. J'ai progressé à un rythme beaucoup plus rapide que celui de l'enseignement de l'Université.
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    Un jour, mon professeur m'a demandé si j'avais de l'argent. Sur le moment, je n'ai pas compris ce qu'il voulait dire. En réalité il voulait savoir si je souhaitais partir en France étudier l'art de la fugue au Conservatoire. J'en ai discuté avec mes parents. Et ils m'ont autorisé à partir en France l'été suivant. J'ai étudié le français uniquement en vue de réussir à l'examen. Mais quand j'ai su que je partirai en France, j'ai commencé à étudier non seulement avec les cours de l'Université, mais aussi avec les cours de la radio NHK.
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    L'Université se trouvait à 10 minutes de la mer en bicyclette. Pendant l'été, c'est en maillot de bain que j'étudiais, au bord de la mer, « Le Petit Prince », texte sur lequel portaient les cours de l'Université, ou le texte des cours de la radio NHK. Je pensais quelquefois en regardant la mer, « Il y a la France de l'autre côté de cette mer ». Le soir, je continuais à étudier l'harmonie ou alors je composais des œuvres sur mon synthétiseur en utilisant l'enregistreur multi-pistes.* Certaines œuvres ont reçu des prix dans certains concours amateurs. Au printemps précédent lorsque j'ai réussi l'examen d'entrée à l'Université, je me suis acheté un synthétiseur avec l'argent que j'avais mis de coté depuis que j'étais petit. Ce synthétiseur est alors devenu « mon amour même ».
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    Le synthétiseur était mon amour même

    Ma première expérience du synthétiseur a eu lieu alors que j'étais collégien. Pendant une classe de musique, le professeur nous a fait écouter un disque de synthétiseur. C'était le disque de M. Isao Tomita. Cela m'a fait une vive impression. Les sons électriques dansaient de façon surnaturelle. Ils créaient une atmosphère joviale et majestueuse…. Je pensais que le synthétiseur renverserait l'ordre établi de la musique classique.
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    Ma deuxième rencontre avec le synthétiseur a eu lieu au lycée. Sur la scène du festival scolaire se trouvait un élève avec son synthétiseur. Il jouait de cet instrument accompagné de ses amis au trombone et à la guitare électrique. A la différence de l'enregistreur multi-pistes, pensez-vous que le spectacle vivant ou la performance ait été plus faible ? Au contraire, avec peu de sons, ils ont créé une musique très puissante ! Depuis cet instant, l'envie d'acquérir un synthétiseur n'a fait que grandir.
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    L'influence des amis est grande. Depuis lors, j'ai lu des livres et des manuels se rapportant au synthétiseur. Par ailleurs, j'ai écouté des disques de musique composée au synthétiseur. Mais, songez donc ! Il me fallait réviser pour l'examen d'entrée et tant que je ne l'aurais pas réussi, il m'était impossible d'acquérir un synthétiseur. Toutefois, je me suis plu à enregistrer des chansons drôles et quelques œuvres pour piano que j'avais moi même composées. Ensuite, je modifiais les sons en utilisant la fonction « rejouer » ou en variant la vitesse.
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    *♫ les fichiers audio

    « Composition pour 9 joueurs (1989)L'influence des amis »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :