• Quel est le cœur de l'œuvre ?

    Le mot de Hindemith : « Dans le monde, s'il y a ce qui est d'une part aristocratique et personnelle, d'autre part cruelle comme la lutte de la bête sauvage, c'est l'art ». Dans ce concert final, toutes les interprétations ou la composition étaient du plus haut niveau, autant dire les vainqueurs de la lutte pour la vie.
    (Extrait de ma critique du concert final du « 14e concours de piano de Shimamura » en 2000)
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes
    « Quel est le cœur de l'œuvre ? » Essayez de l'exprimer en un seul mot.... Il ne faut pas manquer cette étape pour que l'interprétation soit séduisante. Si on ne peut que l'expliquer en beaucoup de mots ambigus, il en sera de même pour son interprétation. D'ailleurs, il est vain d'insister sur les points qui ne sont pas très importants.
    (Extrait de ma critique du concert final du « 15e concours de piano de Shimamura » en 2001)
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    Quel est le cœur de l'œuvre ?

    Jouer dans une salle bondée est le nec plus ultra en matière de leçon. C'est plus précieux que mille leçons habituelles. Lors de vos répétitions, goûtez aux idées musicales que vous dénicherez dans la partition. Le goût changera jour après jour. De telles répétitions, riches en surprises et en découvertes, peuvent entraîner une interprétation séduisante sur la scène.
    (Extrait de ma critique du concert final du « 16e concours de piano de Shimamura » en 2002)
    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    « Jouer des accords d'harmoniques naturelsSauvegarder la web radio sur l'ordinateur »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :