• Voici cinq ans que je suis membre du jury de ce concert. Je suis très heureux d'avoir vu tous les ensembles s'améliorer. Chaque ensemble nous a montré le meilleur de la musique d'ensemble de mandolines et de guitares. Quand l'ensemble d'une association fonctionne mieux, on ne peut que garder le silence en regardant. Aujourd'hui, je vais parler de moi.

    Plus on souffre, plus on progresse

    On compose souvent dans la souffrance. Il s'agit de ne pas être perdant au concours de composition, ni de manquer le premier prix…. Mais, dans l'histoire, les grands compositeurs formidables sont nombreux. Même si un compositeur n'est pas très renommé, il est bouleversant que ses œuvres subsistent après sa mort. Je me demande souvent quel niveau je pourrais atteindre en faisant de mon mieux toute ma vie, et je juge mon niveau comme n'étant pas encore à ce niveau, donc plus je compose, plus je souffre. L'objectif est très élevé, mais même si j'essuie plusieurs échecs, je n'abandonne jamais. Je sais que ça ne sera pas facile. De plus, quand on relève un défi difficile, on s'améliore. Plus on souffre, plus on progresse. En effet, je me rends compte que je n'aurais pas pu composer mes derniers morceaux il y a cinq ans. Avant toute chose, la musique est superbe, que j'essaie de composer, c'est une sensation gratifiante.
    Je suppose que pour vous aussi, n'est-ce pas ? Mes félicitations à tous les concurrents ! C'était exceptionnel, bravo !

    (Discours critique que j'ai prononcé à la fin du « 22e Concert des ensembles de mandolines et de guitares de l'Association Culturelle des Lycées de Shizuoka » en novembre 2018)

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Mon morceau « Superstring Theory » pour piano, vibraphone, marimba et ensemble à cordes a été sélectionné au 3e Concours international de composition « Alfred Schnittke 2018 ». De plus, mon autre morceau, « HATAORI » pour orchestre à cordes a été sélectionné au 5e Concours international de composition « Sacrarium 2018 ». Ces deux concours sont organisés par « KLK New Music » situé à Lviv, au nord-ouest de l'Ukraine. Les deux concerts auront lieu le jeudi 6 et le vendredi 7 décembre 2018 dans la salle de concert de la Société Philharmonique de Lviv. Les interprétations vont être enregistrées, et les vidéos vont être publiées en ligne sur YouTube.

    Deux de mes morceaux ont été sélectionnés à deux concours internationaux de composition en Ukraine

    Les compositeurs sélectionnés doivent assumer une partie des frais. Comme ce sera la création de deux de mes morceaux dont l'instrumentation est plutôt nombreuse (18 et 25 instrumentistes), je vais faire le voyage jusqu'à Lviv pour assister aux concerts.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Je suis allé au concert « The 46th Pan Music Festival 2018 » à Séoul en tant qu'invité, où ma pièce « Superstring Theory » pour deux pianos était interprétée pour la première fois.
    À quinze heures le 11 octobre, je suis arrivé à l'aéroport international de Gimpo. Le soir, une jeune secrétaire coréenne m'a guidé sur un trajet en métro d'environ une heure et demie depuis mon hôtel jusqu'à l'Université Gachon où devait avoir lieu la répétition des pièces pour piano. L'interprétation des deux jeunes pianistes, Jaehong Lim et Jiwoong Jeon était juste, calme mais passionnée. Je n'ai corrigé que deux ou trois petites erreurs, et nous étions tout sourire à la fin de la répétition. Malheureusement, juste avant minuit, je rentrais à l'hôtel quand mon habituel mal de tête a commencé.
    Le lendemain, après le petit déjeuner, je ne pouvais que garder le lit. Le soir, j'ai marché dans la rue voisine de l'hôtel à peu près une heure, puis la nuit, je n'ai pris que du lait, que j'avais acheté à un Combini, pour au moins pouvoir dormir.

    Je suis allé au concert « The 46th Pan Music Festival 2018 » à Séoul
    ▲Pour les photos, cliquez ici

    Le troisième jour, le 13 octobre, la répétition générale et le concert pour les pièces de un à trois pianos, ce qui incluait la mienne, a eu lieu au « Sejong Center Chamber Hall ». La tendance des pièces coréennes m'a paru ressembler à celle des pièces de la SJMC (Société japonaise pour la musique contemporaine). Mais plusieurs pièces sont construites sur le schéma A-B-A : serait-ce un trait de la « SIMC Corée du Sud » ?
    En dehors de la salle, dans la journée, il y avait un concert d'un groupe de danse, et à la nuit tombante, une manifestation politique de masse. Le grand chœur à l'unisson, qui ressemblait à Arirang, qui sortait d'un haut-parleur, était accompagné d'un trémolo de timbale et d'explosions de cymbales. L'effet stimulant sur l'instinct combatif était impressionnant, même les sifflets de la police aussi….
    Le concert qui comprenait ma pièce était en matinée. Ensuite, au cours du repas où m'avaient invité la jeune secrétaire et des compositeurs coréens, mon mal de tête s'est dissipé. Plus tard, je suis allé au concert en nocturne de musique de chambre, dans la même salle.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Un grand nombre de mes pièces n'ont pas été primées lors de concours de composition. Est-il bon de les celer et de continuer à composer des pièces de même style qui ne me satisferont pas ? Ou serait-il mieux de reprendre et de peaufiner les pièces déjà écrites ?

    Les pièces non primées sont des atouts

    Réécrire objectivement après coup une pièce que j'ai conçue de mon mieux doit m'apporter davantage que composer une nouvelle pièce. Construire son propre style musical, ce n'est pas adopter différents langages, mais se recentrer sur ce qu'on veut vraiment afin de mettre de nombreuses fois en pratique les mêmes principes. C'est le choix unique que peut faire un compositeur qui dépasse le milieu de sa vie. Liszt lui-même, a revu les études faciles semblables à celles de Czerny qu'il avait composées dans son enfance, pour aboutir aux « Études d'exécution transcendante. » À propos, combien de temps me reste-t-il ?

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire
  • Ma dernière pièce « Théorie des supercordes » pour deux pianos sera interprétée pour la première fois lors du concert « The 46th Pan Music Festival 2018 », qui aura lieu du jeudi 11 au dimanche 14 octobre 2018 à Séoul. C'est un festival musical international de Corée du Sud, organisé cette année en collaboration avec la Corée du Sud et le Japon en tant que sections de la SIMC (Société internationale pour la musique contemporaine). Lors du projet, trois pièces japonaises seront interprétées pour la première fois à Séoul, trois pièces coréennes à Tokyo.

    Voici la note de programme :
    Cette composition est faite d'une « série symétrique renversée » de 35 tons autour d'un do central. Mon style émerge généralement d'une seule cellule (série de tons) qui évolue en deux motifs contrastés. Ces deux motifs évoluent jusqu'au point culminant, en s'accordant, en s'opposant, en se fondant, et en développant leur énergie et leur tension.
    La théorie des supercordes est une tentative pour expliquer l'existence de toutes les particules et forces fondamentales de la nature, en les modélisant comme les vibrations de minuscules cordes supersymétriques (Wikipédia). Ayant été inspiré par le titre de la théorie plutôt que par la théorie elle-même, et en même temps avec l'intention de faire allusion au son riche produit sur les deux pianos, j'ai adopté le titre de la théorie pour cette composition.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires