• « Invention » de J.S.Bach

    C'est au début de l'été quand j'avais vingt ans que j'ai composé trois inventions primitives à deux voix pour un cours de contrepoint à l'Université de Shizuoka. Alors cette année, j'ai recommandé à une de mes élèves de ma classe de composition de faire des inventions. Et je vais aussi en composer une à titre d'exemple. En faisant l'imitation on peut comprendre l'émerveillement de la musique classique comme suit.
    N°1 en do majeur ; une construction parfaite
    N°4 en ré mineur ; l'énergie-choc faite par saut de la note sensible
    N°13 en la mineur ; la seconde moitié, le renversement de la situation du sujet et le divertissement
    N°14 en si bémol majeur ; il devient à quatre voix virtuellement au point culminant
    Il y a des conceptions audacieuses et des réalisations.
    En plus, N°6 en mi majeur ; mouvement contraire de la gamme diatonique et la gamme chromatique
    N°12 en la majeur ; une note avec des ornements se répétant devient un long trille
    Qui pourrait penser composer des inventions avec ces sujets excepté Bach ?

    « Invention » de J.S.Bach

    Au contraire des grandes œuvres qui comme la « Passion selon saint Matthieu » sont majestueuses, quelle provocation et quel miracle ces inventions à deux voix qui ne durent seulement que des douzaines de secondes ! La forme courte des œuvres et l'utilisation limitée de notes laissent libre cours à l'imagaination comme le haïku. Vraiment, le titre « Invention » est raisonnable.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    « Le synonyme et l'enharmonieTout est bien qui finit bien »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :