• Intégrale des sonates pour piano de Schubert

    Je vais bientôt achever d'interpréter l'intégrale des sonates pour piano de Schubert, mais à quatre mains. Bien que j'aie acheté les partitions il y a plus de vingt ans, je n'en ai depuis interprété qu'un petit nombre. Donc j'ai commencé à les interpréter à quatre mains. C'est plus facile à quatre mains. Auparavant, j'avais déjà interprété nombre d'œuvres pour piano de Fauré, à quatre mains. De même que l'écriture de Fauré, celle de Schubert est facile à interpréter à quatre mains, car son style, qui sépare la mélodie de l'accompagnement, est plutôt « classique » que « pianistique et transcendant ».

    Les sonates pour piano de Schubert ne sont pas aussi prisées que celles de Beethoven ou de Mozart, mais en les interprétant, elles m'ont beaucoup surpris. Dans les sonates, il y a déjà des motifs de compositeurs innovants postérieurs à Schubert, comme par exemple :
    Richard Strauss : D 575 (en si majeur) 1er mouvement
    Chopin : D 575 (en si majeur) 2e mouvement
    Bruckner : D 845 (en la mineur) 3e mouvement / D 960 (en si bémol majeur) 1er mouvement / D 459 (en mi majeur) final
    Mahler : D 784 (en la mineur) / D 894 (en sol majeur) final
    D'ailleurs, un thème de style chanson folklorique est développé en forme de sonate ou de ronde, suivi, de façon inattendue, d'un point culminant dont le génie rappelle Mozart : D 845 (en la mineur) 1er mouvement. C'est le moment où cet homme, qui cache son vrai visage sous un visage ordinaire, laisse exploser une créativité immense.

    J'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordesJ'ai terminé « HATAORI » pour ensemble à cordes

    « Nouvelle pièce pour flûte basse, vibraphone et trio à cordesRéfléchir sur la seconde moitié plus que sur la première »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :